Par Carla Ladner, P.Eng.

S’ils ne sont pas traités dans un délai raisonnable, les problèmes de drainage peuvent causer des dommages importants aux propriétés résidentielles, notamment à l’aménagement paysager et aux fondations du bâtiment, et peuvent favoriser la pénétration d’humidité dans le sous-sol et le vide sanitaire. De plus, les coûts pour la réparation du drainage ainsi que des dommages peuvent être substantiels.

Bien que les exigences particulières relatives à la pose de drain, comme le pourcentage d’inclinaison de la pente, varient en fonction des règlements municipaux, le plan de nivellement doit généralement comprendre une pente qui permettra à l’eau de ruisseler loin des fondations du bâtiment. Les pentes des propriétés plus vieilles sont souvent moins inclinées que celles des propriétés construites après les années 90, lesquels sont habituellement plus inclinés, permettant ainsi de mieux faire ruisseler l’eau loin des fondations, conformément au nouveau code du bâtiment et aux règlements municipaux. Sur le côté de la plupart des propriétés, le terrain est aménagé en pente de manière à faire ruisseler l’eau vers un point commun le long de la limite séparant les deux terrains, où l’on retrouve généralement une rigole ou un puisard qui permet d’évacuer l’eau complètement. Une rigole est une inclinaison linéaire dans le sol qui permet à l’eau de s’écouler en surface.

Dans la plupart des municipalités, les plans d’aménagement du terrain sont requis pour l’octroi de permis de construction ou de rénovation de propriétés. Ces plans indiquent les dénivellations du terrain, l’emplacement des rigoles et les plans de drainage requis pour assurer le contrôle du ruissellement de l’eau de surface. Ils sont également requis pour aménager le terrain entre les propriétés adjacentes. L’octroi de permis de construction pour les nouvelles propriétés résidentielles nécessite généralement l’approbation du plan d’aménagement préliminaire du terrain ainsi que du plan d’aménagement final.

L’aménagement préliminaire consiste à remblayer le sol d’origine ou d’autres matériaux approuvés le long des murs de la fondation et à aménager le terrain de manière à assurer que l’eau est évacuée de façon efficace loin de la maison. Le plan d’aménagement du terrain fournit les seuils de tolérance pour l’aménagement préliminaire, soit de 7 à 20 cm sous le niveau final du terrain. Si l’aménagement préliminaire du terrain n’est pas fait correctement, il ne sera pas possible de procéder à son aménagement final et de garantir que l’eau ruissellera loin de la propriété.

La dernière étape de l’aménagement du terrain consiste à épandre et à compacter de la terre sur celui-ci en vue de procéder à l’aménagement paysager. Une fois la terre épandue, un arpenteur-géomètre devra émettre un certificat de localisation, lequel devra être soumis à la municipalité pour approbation finale. Il est possible d’apporter de légères modifications à l’aménagement prévu sur les plans et l’acceptation de celles-ci variera d’une municipalité à l’autre.

Les exigences minimales pour l’aménagement paysager de finition (par exemple, le gazon et les arbustes) et la partie construite du jardin (par exemple, les surfaces imperméables comme le béton et l’asphalte) sont également précisées dans les plans et varient d’une municipalité à l’autre. L’objectif général des règlements municipaux sur l’aménagement du terrain est d’assurer que la dénivellation du terrain au pourtour des fondations du bâtiment soit plus importante que celles ailleurs sur le terrain.

Au fil du temps, un soulèvement ou un affaissement des éléments paysagers peut se produire; il est donc important d’inclure un suivi périodique de l’aménagement du site dans le plan d’entretien de la propriété. Si un élément de l’aménagement paysager nuit au drainage adéquat du terrain, il est essentiel de le modifier dès que le problème est constaté.

Pour prévenir les mouvements de terrain causé par l’eau et l’infiltration d’eau dans les fondations du bâtiment, il faut que le terrain soit aménagé adéquatement pour permettre à l’eau de s’écouler loin de celui-ci. Les conduits de descente des eaux pluviales qui provenant du toit doivent également comporter un conduit d’évacuation qui fait ruisseler l’eau loin des fondations. De plus, un mauvais aménagement peut entraîner la détérioration de la couche de base sous les trottoirs, les allées de garage et les patios, et occasionner des taches d’eau sur les éléments paysagers. De plus, si l’aménagement du terrain n’est pas effectué correctement, cela peut engendrer un tassement du terrain dans les zones plus basses et endommager les plates-bandes surélevées et les murs de soutènement. C’est pourquoi il est important de remédier aux problèmes de drainage dès qu’ils sont constatés. Pour les problèmes de drainage complexes, comme dans les cas où il est difficile de repérer les rigoles de surface, la cause et la solution du problème peuvent être difficiles à déterminer au premier coup d’œil. Il pourrait être nécessaire de contacter un expert afin qu’il examine le terrain dans le but de repérer les pentes et les schémas de drainage.

Si vous avez des questions ou souhaitez en savoir plus sur ce sujet, veuillez communiquer avec notre équipe en génie civil et structure au 877 686-0240 ou info@cep-experts.ca

 

 

 

Retour aux articles