En général, les bâtiments sont construits pour résister à diverses forces : le vent et les charges de neige, le poids du bâtiment lui-même et le poids relié à son utilisation prévue, tel que les occupants ou l’équipement. Tous ces éléments doivent être pris en considération lors de la conception d’une structure.

Cependant, occasionnellement, quelque chose d’autre peut imposer des forces sur une structure qui n’a pas été spécifiquement prise en compte lors du processus de conception : un véhicule. Cela peut prendre la forme d’un glissement latéral à basse vitesse lorsque quelqu’un entre dans son garage de travers, lorsqu’une semi-remorque heurte un quai de chargement durant une livraison ou bien lorsqu’un conducteur perd le contrôle de son véhicule, effectue une sortie de route et percute une résidence. Peu importe le cas, les étapes pour réparer le bâtiment sont similaires.

Tout d’abord, le plus important est de s’assurer que la structure est stable et sécuritaire d’accès. En règle générale, un ingénieur sera appelé sur les lieux afin d’examiner les dommages et, si nécessaire, recommander un étaiement temporaire pour assurer la stabilité du bâtiment. Parfois, une partie du bâtiment est soutenue par le véhicule qui l’a heurté, ce qui amène des préoccupations quant au retrait de ce dernier tout en assurant la sécurité de la structure. Un ingénieur peut recommander des suggestions sur les précautions nécessaires à prendre ou bien aviser les personnes concernées des problèmes qui peuvent survenir lors du retrait du véhicule. Il peut également proposer des solutions pour retirer celui-ci tout en limitant les dommages supplémentaires au bâtiment. Par la suite, si une partie de la structure est tellement endommagée qu’elle ne peut être sécurisée ou que ce n’est pas économiquement envisageable de la réparer, un ingénieur peut recommander de la démolir. Une fois la sécurité assurée, l’enquête peut se poursuivre.

Pour déterminer l’étendue des dommages causés par un impact, les finitions devront fort possiblement être retirées des murs et du plafond pour révéler les structures de support à proximité de la zone d’impact. Tout déplacement de poteaux ou de colonnes, de bois, de béton ou de maçonnerie, de même que la présence de fissures, d’espaces ou d’autres signes de mouvement doit être soigneusement examinée et analysée pour déterminer où les forces exercées sur la structure se sont déplacées et comment cela a affecté l’intégrité de la structure. Les forces d’un impact dépendent de la masse du véhicule, de sa vitesse et de la distance requise pour que la voiture s’arrête. Une bonne partie de l’énergie du véhicule en mouvement est dissipée à travers le véhicule lui-même lors de l’impact, toutefois, ces impacts peuvent engendrer des forces considérables sur la structure. Des photos sont prises et des croquis du bâtiment sont réalisés pour documenter la scène et fournir un compte rendu détaillé des dommages. À partir de là, des instructions de réparation avec des détails sur les pièces à remplacer, les détails de connexion et les finitions à mettre en place sont fournies à l’entrepreneur, ce qui garantit que la structure sera reconstruite conformément à son état original.

Pas aussi simple

Cela peut sembler simple, mais c’est rarement le cas. L’âge du bâtiment, les différents types de construction et de matériaux et une foule d’autres situations jouent tous un rôle dans la reconstruction après un impact. Par exemple, le béton vieilli peut s’effriter lors de la réparation, nécessitant un remplacement délicat et important, ou bien les fondations endommagées peuvent nécessiter qu’un appui temporaire puisse supporter la structure au-dessus pendant les réparations. Pour les anciennes fondations en moellons, un mortier compatible est requis afin de s’adapter au mortier existant et s’assurer qu’il restera en place. Il faut également veiller à ne pas créer de nouveaux problèmes d’humidité qui n’existaient peut-être pas auparavant, en modifiant les caractéristiques de performance de la fondation ou de l’enveloppe du bâtiment. Chaque structure a des nuances qui doivent être prises en compte pour s’assurer qu’elle soit réparée de manière appropriée et que toutes les particularités présentes sont gérées et résolues.

De plus, des dommages qui semblent parfois importants peuvent nécessiter des réparations mineures ou des dommages qui semblent minimes peuvent être importants. Si le mur affecté n’est pas porteur, la reconstruction peut être moins difficile qu’anticipé. Soulignons aussi que des dommages importants à une structure peuvent être cachés derrière les finitions du bâtiment hors de la zone d’impact immédiate. Les connexions entre les éléments structuraux affectés par l’impact doivent être vérifiées pour la présence de déplacement, étant donné qu’il s’agit d’un emplacement propice pour le mouvement entre les éléments.

Un ingénieur peut aussi être utile pour distinguer les dommages liés à l’impact, de ceux qui étaient préexistants. Souvent, lorsqu’un véhicule heurte une structure, le propriétaire peut devenir plus conscient des dommages à l’intérieur du bâtiment et commencer à remarquer des fissures ou d’autres dommages dans le bâtiment qu’il n’avait pas remarqués auparavant. Un ingénieur peut habituellement faire la différence entre les dommages récents et ceux qui étaient préexistants en évaluant l’apparition de fissures ou d’espaces nouvellement formés. Les différences de couleur et la brillance du matériau à l’intérieur de ces fissures, la netteté des bords des fissures et les débris à l’intérieur de celles-ci sont quelques-unes des caractéristiques utilisées pour déterminer si les dommages sont récents ou préexistants.

Quelles que soient les circonstances, l’équipe de structure de CEP est là pour vous aider à déterminer la meilleure façon de réparer votre bâtiment endommagé.

Retour aux articles