Par Jeffrey Howie, P.Eng. et Carla Ladner, P.Eng.

Chaque hiver, après une chute de neige abondante, l’accumulation de la neige sur les toits peut devenir un problème réel.

L’accumulation de la neige dépend de nombreux facteurs, notamment de la direction du vent, de l’orientation du bâtiment, de l’inclinaison du toit, de l’abri et, bien sûr, des conditions météorologiques. Par exemple, les maisons sont plus susceptibles lorsque le vent souffle de l’ouest et que le côté inférieur de la maison se trouve à l’est. Les arbres et les bâtiments extérieurs jouent également un rôle essentiel dans la neige qui s’accumule sur les toits.

La plupart des maisons et des bâtiments sont construits pour résister aux hivers rigoureux du Canada, mais certains toits sont plus susceptibles de s’effondrer que d’autres : des toits situés à des altitudes différentes (c’est-à-dire des pentes, des étages et demi), ainsi que des toits plats avec saillies (unités à air, colonnes d’échappement).

Les effondrements complets se produisent plus fréquemment dans les anciens bâtiments, les bâtiments de ferme et les chalets, ainsi que dans certains bâtiments communautaires, tels que les arènes construites avec un minimum de fonds et sans la supervision de professionnels. Cependant, des défaillances partielles peuvent également avoir lieu et se produisent assez fréquemment dans les parties des toits où s’accumulent des charges élevées de neige reçue en dérive (c.-à-d. des porches, auvents et pentes).

D’autres facteurs, notamment le non-respect des exigences du code du bâtiment, des problèmes de construction ou de maintenance, l’absence d’inspection ainsi que le poids et la répartition de la charge peuvent également entraîner l’effondrement du toit d’un bâtiment ancien sous l’effet de la neige. Le poids de la neige peut être réparti de façon inégale, avec une accumulation de neige concentrée dans une zone spécifique, ce qui peut créer une charge de neige accrue sur certaines parties du toit. L’inclinaison du toit (3/12 ou moins) peut avoir une incidence sur l’accumulation, car la neige est moins susceptible de glisser sur des toits plats. Des modifications inadéquates peuvent également contribuer à l’effondrement du toit dû à la neige (par exemple: isolation sans ventilation adéquate de la toiture, réfection du toit sur trois couches de bardeaux ou plus, modification de la structure entraînant un affaiblissement des tolérances de charge du toit et entretien insuffisant). La neige en dérive peut s’accumuler contre les protubérances du toit ou les lignes inégales de toits, telles que les équipements de toits ou les murs entre les niveaux du toit (ce qui augmente la charge sur le toit dans une zone donnée). De plus, la pluie qui tombe sur la neige accumulée augmentera son poids, la neige devenant plus dense et plus lourde. Avec l’accumulation de la glace, les toits deviennent encore plus chargés.

Lorsqu’un toit s’effondre, les propriétaires doivent se préoccuper de la chaleur à l’intérieur du bâtiment. Pour être en sécurité, ils doivent s’assurer que l’eau est fermée, y compris le système de gicleurs. Un système de chauffage temporaire peut être nécessaire pour protéger la fondation du gel. Si le toit s’est partiellement effondré, il est indispensable que la structure restante du toit soit temporairement étayée ou démolie.

Afin de déterminer l’étendue des dommages causés au contenu et aux équipements, les services d’un expert technique peuvent être requis pour s’assurer que la structure restante du bâtiment (toit, murs, charpente et/ou fondation) n’a pas été structurellement compromise, et pour déterminer si le bâtiment est assez sécuritaire pour pouvoir y entrer et récupérer les équipements et le contenu restants.

Si vous avez des questions ou souhaitez en savoir plus sur ce sujet, veuillez communiquer avec notre équipe en génie civil et structure au 877 686-0240 ou info@cep-experts.ca

Retour aux articles